PARTICIPE FUTUR S'ENGAGE POUR LA CONSERVATION MARINE A TRAVERS LA RECHERCHE, L'EDUCATION ET LA SENSIBILISATION

Du 3 au 11 mai 2014

Samedi 3 mai, les nouveaux équipiers retrouvent Alcyon dans la M'sida Marina, au pied du Black Pearl, trois mâts renfloué deux fois et qui termine ses jours à sec, transformé en restaurant, dominant le port. Après quelque avitaillement, la journée du lendemain est consacrée à la visite de la vieille ville de La Valette. Depuis les remparts de la ville, sur la côte, les constructions s'étalent à perte de vue, les arbres ponctuant le décor de minuscules taches vertes. L'architecture militaire domine, reflétant les guerres perpétuelles qu'a connues l'île. Au retour, Damien nous emmène récolter des figues de Barbarie qui feront la joie d'une partie de l'équipage.

 


Lundi matin, Alcyon reprend la mer, par vent de Nord Ouest 25 noeuds, sous yankee, trinquette, et deux ris dans la grand'voile et  artimon. Quelques heures plus tard, le vent tombe et les ris sont largués. Nous poursuivons notre route voiles en ciseaux.

Dans l'après-midi, un groupe d'une douzaine de Stenella (dauphin bleu-blanc) nous visite à l'étrave. Mouillage à la tombée du jour dans la baie de Porto Palo, sous le Capo Passero. L'activité des chaluts bat son plein ; ces derniers entrent et sortent du port de pêche dans cette grande baie tranquille que l'obscurité envahit.

Mardi matin, nous quittons le mouillage à la voile. Le Nord Ouest établit de 15/20 nœuds sera le moteur du jour. Passé le Capo Murro di Porco, Bernard nous fredonne « J'aimerais tant voir... » alors que nous découvrons Syracuse derrière par le Castello Magniace qui domine le front de mer. Alcyon mouille dans les eaux vaseuses de la vaste baie au pied de la ville.

Le lendemain matin, nous nous amarrons dans le port. Simon nous entraîne au marché, où les cris des commerçants se mêlent aux couleurs vives des fruits et légumes et aux odeurs de poissons. Authentique, vivant, le marché de Syracuse illustre toute la chaleur méditerranéenne. Accompagnant diverses cactées, de grands ficus et bananiers en pots apportent une touche de verdure dans un décor très minéral.

La découverte des ruelles étroites surplombées de balcons chargés de plantes grasses et de linges nous emmène vers un atelier de puppi. Spectacle de marionnettes prévu en fin d'après-midi. Les tribulations du chevalier Roland à la conquête de son Olympie ravivent nos âmes d'enfants.

Après de nombreuses palabres, la décision consensuelle est prise de visiter le théâtre grec. Site splendide par sa position, dominant la baie, et baigné de verdure. L'oreille de Dyonisos, immense faille dans le relief calcaire, fût utilisée pour emprisonner les Athéniens et témoigne encore de cruauté de l'époque. Le paysage alentour est dessiné par le travail des carrières utilisées pour la construction.

Retour sur Alcyon et départ en début d'après-midi. Nous laissons Syracuse et son parfum culturel pour faire route vers Reggio di Calabria. Belle navigation avant que la houle du nord ne nous soulève, annonciatrice d'un fort vent qui ne tarde pas à venir. Les conditions ne sont pas idéales pour continuer vers Reggio, et nous décidons de nous dérouter vers le port de Catane. Grand port marchand où Alcyon trouve refuge à minuit, entouré de cargos, de containers, de camions et de chalutiers. Nul besoin de berceuses pour retrouver les bras de Morphée. Départ de Catane le lendemain à 17 heures, en espérant un vent un peu apaisé. En route, nous observons deux Stenella surfant devant le bulbe d'un petit paquebot. Belle navigation jusqu'à 22 heures, lorsqu'Eole décide à nouveau de nous faire danser.

Alcyon s'en donne à cœur joie lors de la traversée au large du détroit de Messine. L'effet Venturi donne encore plus de puissance aux rafales de 35 noeuds, dans une houle courte et bien formée. Le soleil revenu apaise les éléments et nous gratifie d'une belle journée à longer le plat du pied de l'Italie. Très belle côte verte et sauvage. Nous faisons route vers le cap Rizzuto. En un quart d'heure, le vent de la mer se lève à nouveau avec force et oblige Jaques à barrer avec soin pour empêcher Alcyon de partir au lof. Après 32 heures de navigation, mouillage au milieu de la nuit au pied d'une immense guirlande de lumières rouges qui s'avère, au matin, être un parc d'éoliennes sur la côte.

Départ du Capo Rizzuto le dimanche 11 mai, tribord  amure, sous un vent de Sud Ouest établit à 15 nœuds soufflant du golf de Tarante. Nous naviguons sous trinquette, yankee et  artimon, avec un vent forcissant peu à peu.

Ulysse nous conduit pendant 18 heures à  allure constante et une vitesse agréable de 5 à 6 nœuds au port de Gallipoli qui nous accueille à l'aurore.

Açores 2016