PARTICIPE FUTUR S'ENGAGE POUR LA CONSERVATION MARINE A TRAVERS LA RECHERCHE, L'EDUCATION ET LA SENSIBILISATION

Mercredi 9 mars 2016, port d'Ibiza.

Nous avions laissé passer quelques jours de coup de vent à Port St Louis du Rhône, les yeux rivés sur les fichiers météos environ 5 fois par jour. Finalement une « fenêtre » s'est ouverte, et nous avons appareillé samedi 5 à l'aube en direction des Baléares, première étape avant Gibraltar.
Quelle fenêtre ! Traverser le golfe du Lion avec 30 nœuds de vent bien établi, quelques moments à 35 nœuds (c'est-à-dire 7 Beaufort), et avec la houle conséquente des 4 jours de tempête, ce ne sont pas les conditions idéales pour un amarinage en douceur !
Sur six équipiers, seuls deux ont su faire honneur à notre repas de la veille en le maintenant tant bien que mal dans leurs estomacs (à noter que les marins les plus aguerri-e-s du bord sont comptés parmi les victimes), et les pertes d'équilibre malheureuses ont été monnaie courante, bien qu'heureusement sans gravité.

Notre première escale, Ciudadella, sur l'île de Minorque, a donc été la bienvenue pour tout le monde. Jolie petite ville, pour notre bonheur très différente en cette saison de ce que nous avions connu l'année dernière au mois du juin, où l'affluence touristique était à son comble. Mais une escale de très courte durée, puisque la météo n'attend pas, et après une journée de sud-ouest le vent est reparti au nord, donc favorable. Qu'à cela ne tienne, nous sommes repartis dès le lendemain à 18h, c'est-à-dire 16h après notre arrivée.
D'abord faible, le vent est revenu dans la nuit aussi fort que la veille. Mais cette fois avec moins de houle, et un équipage certes fatigué, mais mieux amariné.

Un peu plus de 24h plus tard, mardi 8 au soir, nous entrons dans le port d'Ibiza.
Immense port constitué de 4 marinas de plaisance, comptabilisant près de 2000 bateaux.
Contrairement aux idées reçues, la ville d'Ibiza (Eibissa) n'est pas uniquement centrée autour des grands hôtels et des boites de nuit. Au contraire la vieille ville, surmontée par une grande citadelle, est très belle dans le plus pur style méditerranéen, avec ces petites ruelles escarpées, ses façades blanches, ses toits aménagés en terrasses, et ses étendoirs à linge aux fenêtres.
Au mois de mars des ouvriers s'affairent dans les rues pour ici refaire des pavés, là repeindre une façade, et réaménager l'intérieur d'un restaurant en vue de la saison touristique de l'été.
Cette escale, en plus d'un petit passage de vent d'ouest défavorable, nous a aussi été imposée comme arrêt technique, pour remédier à divers désagréments de « rodage » d'Alcyon : feux de route tout neufs, mal en point, ferrure de bas-hauban abîmée, travaux de matelotage, ... Bref, la vie en bateau !

Après cette journée (et deux nuits!) de repos, nous prévoyons de partir demain jeudi pour notre première « grande » étape jusqu'au détroit de Gibraltar.
Éole nous préservera-t-il de vents défavorables ou trop violents ? Les prévisions météo semblent indiquer que oui, et nous espérons passer les 4 à 5 prochains jours en mer avec un temps clément.

En route pour de nouvelles aventures... !

01
01
02
02
03
03
04
04

Açores 2016