PARTICIPE FUTUR S'ENGAGE POUR LA CONSERVATION MARINE A TRAVERS LA RECHERCHE, L'EDUCATION ET LA SENSIBILISATION

Samedi 24 juin 2017 :
A 8h30 tout l’équipage est réuni. On se répartit les tâches : à Yann notre chef de bord, la mécanique puis le marché avec Eléonore, notre guide. A Hélène et Nicolas les courses et à Caroline les bricoles à faire sur Alcyon. Royal poulet rôti à midi, courroie neuve d’alternateur à 2 heures. Tout est rangé, tout est réglé, cap sur notre futur mouillage : la Badine, derrière la presqu’ile de Giens. Joli vent, mer belle, super baignade à l’arrivée mais nous n’avons croisé que des goélands et des puffins.


Dimanche 25 juin 2017 :
Départ tambour battant à 7h en direction du Cap Taillat. Du gros temps est annoncé en fin de journée donc nous profitons de la matinée pour faire de l’observation. Arrivés au mouillage, nous préparons le repas dans l’anse de Bon Forte, dans la rade de Borme les mimosas. L’après-midi Yann dessine sur notre tableau blanc le schéma des allures au vent : petit cours théorique et passionnant du Prés au Grand Largue, bâbord ou tribord amure, on lofe ou on abat ? L’essentiel c’est de savoir d’où vient le vent !


Lundi 26 juin 2017 :
Nous quittons notre mouillage très tôt pour remonter le canyon Stochades. L’observation n’est pas facile, il y a de la houle et des vagues. Nous n’apercevons que 2 nageoires dorsales de Stenella qui ne font que passer. Nous retraversons le canyon après la pause midi, le temps se gâte. Avant même que nous comprenions ce qui nous arrive un gros grain accompagné de rafales force 7 nous contraint à affaler toutes les voiles. Nous rentons au mouillage artimon-trinquette, dans la baie de Cavalaire. Ce fut un après-midi sportif !


Mardi 27 juin 2017 :
Plan magnifique et temps parfait pour les observations : cap au sud-est pour doubler l’île du Levant. C’était sans compter avec la Marine Nationale qui avait prévu des tirs de missiles dans la zone ! Nous aurons d’abord la visite d’un bateau pour nous interdire de passer au sud puis d’une vedette de l’armée pour baliser la zone et enfin d’un hélicoptère qui viendra, à quelques mètres de nous, vérifier par VHF que nous n’avons pas l’intention de changer de cap. Pause midi à la cape puis reprise du transect à 14h mais les cétacés ont dû se sauver ou se terrer au fond des canyons. A part des puffins et un petit groupe de Stenella assez furtif nous ne croiseront que des navires militaires, sous le soleil de plomb. Nous allons alors mouiller aux Oursinières en fin de journée, dans la baie de Toulon, pour échapper à une grosse dépression prévue cette nuit. Apéro au soleil couchant et une eau à 24°C, parfait pour se remettre de cette chaude journée.
PS : Remarque de Participe Futur : Il est toujours aussi incompréhensible que la base militaire du Levant continue à effectuer ces tirs de missiles dans LE SANCTUAIRE PELAGOS.


Mercredi 28 et jeudi 29 juin 2017 :
« Tempête » annoncée dans tout le golfe du Lion, le souci de notre chef de bord : trouver un mouillage bien abrité ; le souci de notre guide : faire de l’observation. Le compromis est trouvé : nous remontons le canyon de Toulon vers le cap Sicié. Mais si mardi nous avons assisté à la répétition générale, mercredi c’est le grand spectacle : nous voyons défiler tout ce que notre marine compte de bâtiments, du petit escorteur au porte-hélicoptère, survolés par les rafales et les hélicos. Cela ne doit pas plaire aux cachalots, tout ce charivari ! Mouillage à 13h, nous y resterons jusqu’à jeudi soir, à l’abri du Mistral force 7-8 qui passe.
C’est l’occasion pour Hélène et Nicolas de tester l’annexe et de retrouver pour quelques temps la terre ferme. La plage est couverte de bois flotté... avis aux amateurs de bricolage créatif, on s’occupe avec ce qu’on a sous la main ! Pendant ce temps Yann sort sa guitare et nous régale.

Vendredi 30 juin 2017 :
Oyé ! Oyé ! Gentes dames et damoiseaux, il est 6 heures, tout le monde sur le pont ! Nous devons appareiller, remonter les 45 mètres de chaine et partir plein sud direction le Maghreb, enfin un peu avant, le canyon de Toulon !
Bon en fait la mer est déjà trop formée pour les observations donc direction le port...
Nous devons toucher terre vers 9h en espérant que les autochtones soient accueillants. Ce midi nous attendons sieur Jacques, constructeur du bateau Alcyon et Président de l’association. En attendant nous devons lui refaire une beauté pour le futur équipage.
Le bilan de la semaine est maigre en termes d’observation mais riche en termes d’émotions. La nature et la météo furent capricieuses et les manœuvres de drôles de bateaux gris faisant des ronds dans l’eau concoururent à nos maigres relevés. La vie sur Alcyon fut agréable, le confort spartiate et choisi, suffisant pour une semaine. Ces quelques tours sur l’eau furent enrichissants, apprendre de nouvelles choses sur la nature est toujours un plaisir, doublé ici par l’apprentissage de la voile aux côtés de Yann notre capitaine. Un capitaine simple, pédagogue attentionné et maitrisant son sujet, merci à lui et à Eléonore d’avoir été prévenants et à notre écoute pendant ces quelques jours. Nous partîmes à 5 et par un prompt renfort, nous nous vîmes 5 en arrivant au port !

Les fiches espèces et géologie

Voir nos fiches des espèces et géologie remarquables de l'archipel des Açores élaborées par les guides encadrants de Participe Futur.

fiche acores

Petit alphabet des Açores

acores

A comme Anticyclone, B comme botanique, C comme cachalots...
Voir l'alphabet