PARTICIPE FUTUR S'ENGAGE POUR LA CONSERVATION MARINE A TRAVERS LA RECHERCHE, L'EDUCATION ET LA SENSIBILISATION

Samedi 1er  :
Réveil tranquille et matinal au gré des rayons du soleil qui entrent par les hublots. Une tête dodeline par-ci, un œil cligne par-là... Alcyon est rutilant grâce à l’équipage précédent, et prêt à vivre une nouvelle semaine d’aventures. Après le petit-déjeuner, Yann notre Chef de bord et Caroline, la guide, se rendent au marché. « Aaallez il est beau mon saucisson ! » « Madaaame, de la tapenade ? Approchez ! ». Retour à bord les bras chargés de fruits et légumes, et des dernières courses réalisées au supermarché. Après le traditionnel poulet rôti du midi, et une visite de notre ancien Cap’tain Camille, voici Elisabeth, écovolontaire qui fera équipe avec Jacques et Sylvie pour cette semaine. Le vent souffle trop fort pour envisager un départ ce jour. Nous restons donc à l’abri à Port Pin Rolland, sous un beau soleil. Une bonne occasion pour Elisabeth de découvrir tout posément : le bateau, le programme scientifique, et ses coéquipiers ! Demain le vent soufflera peut-être encore… mais en attendant : trinquons !



Dimanche 2  :
Ce matin, nous quittons avec hâte le port de Pin Rolland en direction du mouillage de « La Badine ». Au programme : la découverte de la houle pour développer le pied marin de certains, futurs Robinsons Crusoé. Pas de Cétacés ni de dauphins en vue mais nous ne sommes qu’au début de l’aventure. Nous terminerons cette journée par un repas sur le bateau en compagnie de nos amis les goélands, et sous un beau soleil.


Lundi 3  :
Départ de bon matin de la Badine. Tout le monde s’active. La guide et Elisabeth apprennent (ou réapprennent) des rudiments de voile. Au Levant, nous avons la chance de croiser nos premiers dauphins bleus et blancs, visiblement des « ados » vu leur taille réduite. Un peu plus loin, voilà devant nos yeux ébahis… Une raie ? Une tortue ? Non ! Un poisson lune !
Dans l’après-midi, la mer nous offre une autre devinette : un aileron luisant qui restera d’espèce indéterminée. En dehors de ces belles apparitions, nos chers Cétacés jouent à cache-cache avec nous, malgré nos efforts et un suivi scientifique exemplaire (oui, oui !).
Le soir venu, et à l’approche de la baie de Cannes, Alcyon fait son cinéma, et va mouiller chez les moines du Lerins. Nous nous endormons paisiblement, avec en fond le bruit des cigales et le chant des hiboux petits-ducs.


Mardi 4 :
La météo clémente nous fixe un objectif : nous rendre au large, au-dessus des grandes profondeurs, pour y passer une nuit à la cape.
Alors que nous fixons la surface, voilà qu’un souffle apparaît au loin. Un cachalot ! Le voilà parti en plongée, pour une durée d’environ 45 minutes. Nous sortons donc l’hydrophone afin de l’écouter évoluer sous l’eau. Les « clics » retentissent à nos oreilles émerveillées. Soudain, silence ! Il remonte ! Nous remontons prestement le matériel d’écoute, et nous revoilà à guetter l’horizon. Nous réussirons à l’observer à nouveau, sortant sa queue pour sonder vers les profondeurs. Une très belle observation !
Nous poursuivons ensuite notre route vers le large. Jacques nous cuisine de délicieuses crêpes, mangées immédiatement au soleil couchant. Nous nous mettons à la cape et passons une nuit à grignoter des sablés pendant nos quarts de nuit, accompagnés de dauphins que l’on entend souffler dans le noir…


Mercredi 5  :
Cette belle et chaude journée sera marquée par une rencontre avec un groupe d’une cinquantaine de dauphins bleus et blancs accompagnés de petits sautant dans les vagues, ainsi que par plusieurs observations rapides de rorquals communs. Nous rentrons vers la côte, et mouillons à Port-Cros ou nous finissons cette journée par un bon repas.


Jeudi 6  :
Levée de mouillage à Port-Cros. Adieu les moustiques ! Nous nous dirigeons, vers le large, le long du canyon d’Estocade. La matinée sera calme, sous un soleil déjà bien présent. Peu d’observations à part un poisson-lune. Après un bon repas de poisson, nous attaquons avec motivation la vaisselle, quand tout à coup, Elisabeth s’écrit « souffle ! ». La malédiction du Cétacé qui ne se montre que lorsque nous avons le dos tourné se répète. Branle-bas de combat ! Tout le monde sur le pont ! Nous entamons un suivi afin de tenter de récolter quelques clichés utiles pour la photo-identification des individus. Après une bonne heure en compagnie d’un rorqual, au gré de ses sondes et réapparitions, nous poursuivons notre route. Des dauphins bleus et blancs viennent à l’étrave d’Alcyon et sautent pour terminer cette belle journée. Nous arrivons au mouillage du Langoustier, à l’ouest de l’île de Porquerolles, avec toujours en fond nos amis les hiboux petits-ducs.


Vendredi 7  :
C’est le dernier jour de l’aventure, quand nous partons avec hâte vers un canyon proche, et pour objectif notre ami le cachalot. Finalement, nous avons droit à trois rorquals dans la même zone ! L’observation du premier sera la meilleure. Nous pouvons le voir sous toutes ses coutures. Pour conclure ces belles observations, des dauphins bleus et blancs viendront à l’étrave du bateau au nombre d’une dizaine, montrant leur belle silhouette une dernière fois. Il est l’heure de s’approcher du port de Pin Rolland. Dernière manœuvre, dernier rangement, et nous concluons ce merveilleux séjour autour d’un bon repas.

 

Les fiches espèces et géologie

Voir nos fiches des espèces et géologie remarquables de l'archipel des Açores élaborées par les guides encadrants de Participe Futur.

fiche acores

Petit alphabet des Açores

acores

A comme Anticyclone, B comme botanique, C comme cachalots...
Voir l'alphabet