PARTICIPE FUTUR S'ENGAGE POUR LA CONSERVATION MARINE A TRAVERS LA RECHERCHE, L'EDUCATION ET LA SENSIBILISATION

Samedi 22
Nouvel équipage à bord de l’Alcyon. Super accueil de la part de Yann et Maëva avant de s’installer sur le bateau. On sera 7 à bord cette semaine. Les premiers briefs de sécurité et sur la vie à bord avant de partir vers 17h. Immersion immédiate dans les manœuvres pour quitter le port, hisser les voiles et prendre le large. Une grande nouveauté pour la plupart d’entre nous, c’est un plongeon dans le grand bain, reste à s’habituer aux différents termes nautiques. Direction Porquerolles et le mouillage de la Badine. On est récompensé à l’arrivée par un super apéro préparé par Maëva et un excellent couscous préparé par Yann. Fanny et Eric se baignent dans une eau à 26 degrés, pas mal pour débuter la semaine ! Le repas s’est terminé à la lampe à pétrole, qui est sur le bateau depuis son origine. Il faut y faire attention tout au long du séjour. Dernière aventure de la journée, la vaisselle dans le noir, à ne pas refaire ! Direction les couchettes pour la première nuit en mer.


Dimanche 23
La journée commence par une baignade pour les plus courageuses. Il y aura trop de vent aujourd’hui pour faire des observations. Yann nous donne le choix entre scrabble, cours de cétologie, ballade à terre ou voile. Bizarrement, le scrabble n’a pas de succès… Allez, on va profiter de la mer. C’est parti pour une journée voile, avec des vents jusqu’à Force 6, ça promet d’être sympa. Virements de bord, empannages pour faire le tour de Porquerolles. On participe tous aux manœuvres avec grand plaisir. Pour des débutants, on ne s’en sort pas trop mal. La mauvaise nouvelle du jour : on aura du vent jusque Force 8 sur les 2 prochains jours. On va rester bloqué au mouillage ou au port. On le ressent sur le bateau, les rafales commencent à arriver. De retour au mouillage, on commence le cours de cétologie, interrompu pour aller au port finalement. On sera plus abrité et on pourra descendre à terre. On est tous un peu frustré, mais on n’a pas le choix, le mistral a gagné.


Lundi 24
Les conditions météo se confirment. On est là au moins jusque demain. Ça nous laisse beaucoup de temps pour la cétologie, l’explication des protocoles, la découverte du matériel de mesure. L’après-midi, c’est plutôt snorkling, repos sur le bateau et cours de voile : élément du bateau, les explications de navigation. C’est très intéressant ! Une fois encore, on aimerait bien mettre en pratique, il faut encore patienter. L’ambiance à bord est excellente malgré tout. Yann nous raconte un peu plus l’histoire d’Alcyon et nous explique le principe du sextant et du baromètre à aiguille. La soirée se finit au son de la guitare.


Mardi 25
Le vent est toujours là au réveil. On verra l’évolution au cours de la journée. Le bulletin météo de la mi-journée est de nouveau mauvais. On ne pourra pas partir aujourd’hui. Direction la plage pour un cours de nœuds marins les pieds dans l’eau. On apprend les bases, nœuds d’arrêts, nœuds en huit, nœud de chaise… On observe aussi la mer. C’est assez irréel, la mer a l’air calme alors qu’il n’y a aucun bateau, aucune voile à l’horizon. Tout le monde est à l’abri. Le soir, on expérimente les rafales de vent : on les ressent même à l’intérieur du port. Impossible de manger dehors. On est bien content d’être au port plutôt qu’au mouillage. On reste optimiste : la semaine n’est pas finie ! Maëva profite de la soirée pour nous expliquer la structure sociale des cétacés et l’acoustique suivant les espèces. Les vocalisations sont très différentes, certaines sont très reconnaissables comme celles des dauphins et des orques. C’est passionnant. Il y a encore beaucoup de choses à découvrir. Avant de se coucher, on observe l’incendie qui a pris dans l’après-midi à La Croix Valmer. Les flammes sont très visibles depuis la digue, c’est impressionnant.


Mercredi 26
La mauvaise nouvelle tombe de bon matin. Il y aura du vent jusque Vendredi, impossible de faire des observations au large. Les conditions météo de cette semaine sont vraiment exceptionnelles. On va quand même pouvoir quitter le port dans l’après-midi. Départ vers 14h30. Après 2 jours entiers au port, on préfère aller au mouillage ce soir. Direction Porquerolles et le mouillage de la Galère. Avant d’arriver, Yann nous propose d’aller faire un tour au large. Tous les éco-volontaires sont emballés ; on espère avoir des sensations. Gilets et harnais pour tout le monde ! On voit tout de suite les différences entre les vagues dans le sens du vent, et la houle, qui vient de n’importe où. La mer change aussi en fonction de la force du vent. Les explications de Yann prennent tout leur sens au fur et à mesure qu’on navigue. Les moutons apparaissent sur la crête des vagues, les creux se forment. Force 6 avec des rafales à 7, on avance bien. Les manœuvres sont plus compliquées pour des novices ; il faut être rapide et efficace. Tout le monde est emballé malgré les vagues qu’on se prend dessus. Une déferlante nous convainc de rentrer au mouillage. On est trempé mais ravi. Sur le retour, Eric aperçoit ce qui semble être une dorsale de poisson-lune, vite, et dissimulée par les vagues. Arrivés à la Galère, tout le monde y va de son adjectif : époustouflant, génial, comme dans un film, instructif, fabuleux ! On a tous kiffé les sensations et navigués au large. L’incident du jour, le pot de moutarde a fait un vol plané de la cuisine pour s’écraser dans la salle d’eau. Sympa ! Certains décident de passer la nuit à la belle étoile, le ciel est magnifique avec des étoiles filantes en prime.


Jeudi 27
Yann décide de partir tôt ce matin, le vent va de nouveau forcir à partir de 15h et il faudrait être au prochain mouillage avant. Le temps de ranger le bateau et faire la vaisselle, on part vers 8h30. On attaque le tour de Porquerolles. La navigation est plus calme par rapport à hier. On observe quelques oiseaux - une sterne est poursuivie par un goéland. Passé la pointe de Porquerolles, on retrouve le même vent qu’hier, avec quand même moins de houle et de creux. De nouveau, les manœuvres en mer sont difficiles parfois, on s’en sort pas trop mal. Fanny voit enfin un poisson lune à l’arrière du bateau. La première vraie observation de la semaine, c’est l’euphorie. On en croisera 3 autres sur notre trajet. On a vraiment le temps de les voir à fleur d’eau, la nageoire dorsale bien visible en surface. On a eu la chance d’observer aussi un vol de flamants roses, assez rare ! Le trajet jusqu’au mouillage Méjan a été compliqué à cause du vent. Il nous a fallu 8heures pour le rejoindre. On est tous fatigués en arrivant. Un bon repas et les éco-volontaires sont de nouveau d’attaque, prêts pour faire un tour à terre. Le gonflage de l’annexe est une aventure à part entière. Seul Yann et moi (Véronique) restons à bord, j’en profite pour écrire le journal des 2 derniers jours.

 

Vendredi 28
Dernière baignade pour les plus courageuses après le petit déjeuner. Cette fois, on met les voiles pour les derniers moments en mer avant de rentrer. Au moment de partir, on voit sortir la tourelle d’un sous-marin rentrant en rade de Toulon, de nouveau une « observation » qui sort de l’ordinaire ! La mer est beaucoup plus calme aujourd’hui, on tire des bords pour retourner à Port Pin Rolland. La semaine est finie. On est tous d’accord : Alcyon est un superbe bateau, on a passé une très bonne semaine dans une excellente ambiance, même si on n’a pas pu faire de sortie de collecte de données Cétacés. Sentiment mitigé donc, entre le plaisir de la semaine qu’on a vécu et la déception de ne pas avoir pu faire d’observations ... On reviendra tenter notre chance au cours d’une autre mission. Pour bien finir, on a le plaisir de rencontrer Sylvie et Jacques pour le déjeuner, avant qu’on s’affaire tous pour nettoyer le bateau de fond en comble.

 

Les fiches espèces et géologie

Voir nos fiches des espèces et géologie remarquables de l'archipel des Açores élaborées par les guides encadrants de Participe Futur.

fiche acores

Petit alphabet des Açores

acores

A comme Anticyclone, B comme botanique, C comme cachalots...
Voir l'alphabet