PARTICIPE FUTUR S'ENGAGE POUR LA CONSERVATION MARINE A TRAVERS LA RECHERCHE, L'EDUCATION ET LA SENSIBILISATION

Samedi 5 Aout :
L’équipage arrive aux alentours de 14h et a le privilège de faire connaissance avec Sylvie la marraine et Jacques, le constructeur d’Alcyon et président fondateur de l’association. Les éco volontaires se retrouvent autour d’un café : Céline de Valence, Michel ou Mitch, qui est là pour sa seconde année consécutive, Bonaventure, dit Boni le Lillois, et enfin Lucie et Elsa les danseuses de La Ciotat.
Après la présentation du bateau, capitaine Yann expose les règles de sécurité à bord, ainsi que la conduite à adopter pour éviter le mal de mer. Le mistral commence à se lever. Nous quittons le port de Pin Rolland direction le mouillage de La Badine, par un vent d’Ouest de force 5. Nous observons un poisson-lune et un poisson volant.
Un disque incandescent se dessine à l’horizon à l’arrivée au mouillage. Petite baignade dans une eau à 26°C avant un moment convivial à bord. Brève explication du protocole d’observation pour démarrer tôt le lendemain, avant la montée du mistral.


Dimanche 6 Août :
La moitié de l’équipage a dormi sur le pont, à la belle étoile. Après un rapide petit déjeuner, nous levons l’ancre direction le mouillage de Bon Porté à l’est de Cap Taillat. L’arrivée d’un évènement orageux nous oblige à interrompre le protocole. Nous découvrons les manœuvres sur un voilier. Un grain nous oblige à affaler la grand-voile et à changer le foc en plein vent. Nous observons des Fous de Bassan entre deux grains. Après-midi détente au mouillage : sieste, baignade et snorkeling. Gaëlle nous explique l’utilisation de la tablette et de l’application ObsEnMer. Yann nous parle de sa vocation et de l’histoire du bateau.


Lundi 7 Août :
Nous nous levons tôt pour notre première « vraie » journée d’observation direction le large au Sud-Est. Premier groupe de dauphins qui viennent jouer à l’étrave. Le bateau n’est pas assez rapide pour eux et ils repartent rapidement. Lucie, qui a été réveillée de sa sieste, n’a pas eu le temps de les voir. Petite pause au large pour le déjeuner de midi. Gaëlle croit apercevoir des poissons-lune à 100 mètres du bateau. Nous nous approchons et découvrons qu’il s’agit de 2 diables de mer que nous voyons nager en transparence dans l’eau. Nous avons été surpris et n’avons pas eu le temps de prendre des photos…dommage… Plusieurs groupes de dauphins bleus et blancs viennent nager à l’étrave. Nous apercevons un souffle au loin. C’est un rorqual commun. Nous arrivons à nous approcher suffisamment pour le photo identifier. Peu de temps après, Lucie repère un souffle plus proche. L’animal nous offre un show époustouflant et sonde à quelques mètres du bateau. La moitié de l’équipage ayant un peu le mal de mer, nous abandonnons l’idée d’une nuit à la cape. Nous nous dirigeons vers un mouillage de l’île de Port Cros. Nous observons 2 nouveaux groupes de dauphins bleus et blancs, et une chasse de thons. Gaëlle pousse soudain un cri strident. Un cétacé vient de se propulser hors de l’eau à environ 1 000 mètres du bateau. Nous distinguons 2 souffles simultanés orientés vers la gauche. Il s’agit de 2 cachalots qui sondent presque en même temps. Nous écoutons à l’hydrophone les clics des 2 animaux. Nous ne les reverrons plus. Sur la route du retour, Michel et Lucie entament un protocole macro-déchets. Au bout de 25 minutes d’observation, Michel observe 2 petits bouts de polystyrène.
Toute la journée nous sommes escortés par plusieurs libellules que nous reverrons également le lendemain.
Petite baignade à l’arrivée au mouillage sous le coucher de soleil, les fonds sont riches, barracudas, corbs, sars de toutes sortes et dorades royales sont au rendez-vous.


Mardi 8 Août :
Départ de bonne heure pour profiter de notre deuxième journée complète d’observation. La météo annonce du mistral de plus en plus fort à partir de mercredi. Céline et Bonaventure commencent un protocole macro-déchets : un seul emballage plastique recensé. Peu de temps après le départ, Gaëlle observe le dos d’un animal indéterminé, peut-être un Ziphius. Quelques minutes plus tard, Lucie repère un souffle au loin. Il s’agit d’un rorqual commun. Nous nous dirigeons vers lui et il disparait. Nous le reverrons apparaître moins de 15 minutes plus tard au loin. Nous l’appellerons le rorqual furtif…mais était-ce le rorqual céleste recherché par Boni ? Après la 3ème sonde, nous arrivons à l’approcher mais l’arrivée d’un autre voilier face au bateau bloquera la manœuvre de Yann. Nous apercevons un groupe de dauphins bleus et blancs. Nous nous approchons d’eux et ils viennent jouer à passer d’un côté et de l’autre du bateau. Nous repêchons un matelas de plage gonflable et une bouteille de Coca-Cola (venant de Sardaigne !) abandonnés à la mer. Arrivés au-dessus du talus, nous débutons une écoute hydroacoustique et nous entendons le bruit d’un moteur et le sifflement des dauphins à l’hydrophone. Nous reprenons l’observation, Gaëlle repère soudainement un souffle, nous engageons notre approche, la manœuvre subtile de capitaine Yann nous permet d’apprécier le détail des narines soufflantes des deux rorquals communs qui évoluent en parallèle et sondent l’un après l’autre. Ils se laissent suffisamment approcher pour une photo-identification parfaite faisant le bonheur des équipiers. Sur le chemin du retour, nous voyons un espadon sauter à plusieurs reprises. Puis, nous croyons apercevoir une chasse de thons à l’horizon. En s’approchant, nous réalisons qu’il s’agit d’un groupe d’une dizaine de dauphins qui sautent à la verticale hors de l’eau. Ils nous ont offert un superbe spectacle pour clôturer la journée. Arrivée à la tombée du jour au mouillage de La Galère à l’Est de l’île de Porquerolles.


Mercredi 9 Août :
Départ matinal afin éviter le gros mistral. Nous démarrons une observation de niveau 2 entre l’île de Porquerolles et la presqu’île de Giens vite abandonnée car le vent et la houle se lèvent. La navigation est sportive. Nous sommes obligés de tirer des bords pour avancer. Le bateau gîte et nous sommes bien rincés ! L’équipage maîtrise mieux les manœuvres : virement de bord et empannage. Nous nous concentrons sur l’horizon pour éviter le mal de mer. Après ces évènements nous ne manquons pourtant pas la nageoire dorsale d’un Mola Mola (poisson lune) à côté du bateau. Nous sommes contents d’arriver en fin de matinée au mouillage dans l’anse de Mejean. Après plusieurs tentatives, l’ancre du bateau est bien accrochée. Yann est rassuré. Sieste et baignade dans l’après-midi pour se remettre de nos émotions.

Jeudi 10 Août :
Nous échappons au réveil matinal car en raison du mistral, nous resterons toute la journée au mouillage. Au programme, sieste, baignade, lecture, apéro, crêpes et rédaction du journal de bord.
Après la délicieuse partie de crêpes, nous décidons de remettre le départ au lendemain matin attendant la baisse du mistral.


Vendredi 11 Aout :
Réveil à 4h30, ouille ça pique ! Départ très tôt pour éviter le coup de vent annoncé dès 8h. Nous partons finalement du mouillage au moteur (pas le courage de tirer des bords pendant 3h !) pour regagner notre port d’attache. Après un bon petit déjeuner viennoiserie, l’équipage s’affaire au ménage avant de profiter d’un dernier déjeuner tous ensemble dans notre restaurant fétiche.
Tout le monde se quitte des souvenirs pleins la tête et le whatsapp en poche ! A bientôt les amis pour de nouvelles aventures !

 

Les fiches espèces et géologie

Voir nos fiches des espèces et géologie remarquables de l'archipel des Açores élaborées par les guides encadrants de Participe Futur.

fiche acores

Petit alphabet des Açores

acores

A comme Anticyclone, B comme botanique, C comme cachalots...
Voir l'alphabet