PARTICIPE FUTUR S'ENGAGE POUR LA CONSERVATION MARINE A TRAVERS LA RECHERCHE, L'EDUCATION ET LA SENSIBILISATION

Dimanche 17 Avril

L'arrivée des équipiers a commencé hier soir, avec Manon, la bretonne qui a déjà navigué sur Alcyon en 2010 en Corse avec Jacques et Gaëlle.
Dimanche soir Gaëlle et Henry sont arrivés à bord, un dîner les attendait. Nous avons pu faire tous connaissance et profiter du récit des équipiers présents sur les premières sessions, comme Jean-Pierre et Marion la guide sortante.

Lundi 18 avril

Un levé de bonne heure est prévu pour faire l'avitaillement d'Alcyon.
L'équipage se divise en plusieurs groupes : Marion est partie profiter de ses derniers instants dans la ville, Jean-Pierre est allé se faire une beauté avec un barbier local, tandis que le reste de l'équipage s'approvisionne en produits frais au marché local (photo 1) ainsi qu'au supermarché.

L'après-midi, nous (les nouveaux arrivants) partons à l'aventure en auto-stop en direction de la grotte « Algar do Carvao », une cavité volcanique impressionnante de 80 mètres de hauteur (photo 2). Au bout d'une bonne demi-heure de marche, des jeunes açoriens nous invitent à bord de leur voiture et nous amènent jusqu'à destination. A l'intérieur de ce monument naturel, nous découvrons une végétation luxuriante, des stalactites et tout en bas un petit lac (photo 3).
L'heure de fermeture arrivant, on nous pressa pour évacuer le lieu. Nous avons tenté un covoiturage avec les guides de la grotte mais en vain. Par chance la pluie venant de cesser, nous rejoignons la route principale profitant ainsi de la végétation luxuriante de l'île (photo 4). Une voiture de touristes américains nous prend en auto-stop, mais pendant environ 30 minutes, nous avons circulé parmi un troupeau de vaches (photo 5).

Mardi 19 avril :

Alcyon met les voiles aux alentours de 9h, accompagné d'un joli arc en ciel, (photo 6) en direction de l'île de Pico (environ 60 miles).
C'est toutes voiles dehors qu'Alcyon file à l'ouest avec un vent force 5, ne permettant pas un amarinage en douceur à l'équipage, surtout à notre bretonne Manon ! Sur notre route nous récupérons un filet à la dérive qui contient des poissons pourris, une araignée vivante et un requin peau bleu intact. Camille nettoie le filet et libère le requin (photo 7) qui, à notre grande surprise, repart vers les abysses.
Le vent tombe brusquement au sud de l'île de Pico, permettant à Manon de nous rejoindre sur le pont.
Alors que nous nous rapprochons du port de Lajes do Pico, Camille nous crie « Souffle à 2 heures ». Il s'agit d'une baleine à bosse qui se trouve à quelques centaines de mètres seulement de la côte. Tout le monde est aux aguets lorsque soudain cette créature majestueuse nous offre un saut vrillé en dehors de l'eau, d'une splendeur exceptionnelle, à quelques mètres seulement d’Alcyon (photo 8).

Mercredi 20 :

Nous profitons tous de la matinée pour nous reposer, faire quelques achats, préparer des bons repas pour la journée et découvrir les pâtisseries locales. La météo étant favorable aux observations de cétacés, nous décidons de faire une sortie en mer, d’autant que des orques ont été repérés dans la matinée au sud de l’île.
Nous n’aurons pas la chance de les voir mais nous croisons un groupe de 4 dauphins de Risso assez timides, puis plusieurs groupes de dauphins communs, très abondants dans l’archipel des Açores. Nous resaluons également « notre » baleine à bosse surnommée Ginette à l'entrée et la sortie du port telle la gardienne des lieux ! D’après les locaux, elle est là depuis déjà une semaine et ne s’éloigne guère de l’entrée de Lajes pour notre plus grand bonheur !
Pour certains la soirée s’achèvera avec des parties de baby-foot endiablées avec les locaux.

Jeudi 21

Nous décidons de partir vers l’ouest pour l'île de Florès, profitant du vent d'Est annoncé ! Avant le départ nous ne pouvons résister à l'appel d'une dernière pâtisserie après une petite marche matinale vers la vigie pour les filles de l'équipage. La traversée démarre avec une mer houleuse et quelques observations furtives de globicéphales et de plusieurs groupes de dauphins communs, dont certains viennent jouer à l'étrave pour le bonheur de l'équipage. La nuit se fait au rythme des quarts avec un vent d'Est force 4, une mer agitée et parfois même la pluie (habituelle aux Açores où il pleut plusieurs fois par jour!).

Vendredi 22

Nous arrivons aux alentours de 14h au port de Lajes de Florès qui est bordé d'une plage de sable noir (photo 12). Au total 29h de traversée avec une moyenne de 6,5 Nœuds au portant ! Pas mal du tout !
Nous savourons un déjeuner dans la cafétéria du port sous une pluie battante ! Nous pouvons enfin nous doucher mais seulement à l'eau froide, et pour certain c'est le petit bain dans la mer suivi de la douche extérieure !

Samedi 23

La journée s'annonce exceptionnellement belle sans vent avec du soleil, ce qui est plutôt rare ici ! L'équipage se sépare pour aller visiter l'île : Camille part le premier en auto-stop vers Santa Cruz, la ville principale pour louer un scooter, Henry prend son temps et décide de partir plus tard pour louer une voiture à Santa Cruz, tandis que le reste de l'équipe part en stop en direction de Faja Grande à l’ouest de l’île.
Jean-Pierre, Manon et Gaëlle, nous faisons prendre rapidement par un Florentin qui nous dépose aux lacs de cratère au centre de l'île après nous avoir arrêté plusieurs fois pour prendre des photos du paysage (photo 13), notamment les orgues de basaltes, une des curiosités géologiques de l'île.
Nous promenons autour des lacs (lagoa Negra, Comprida et Branca, photo 14) quand nous croisons Camille, que nous recroiserons sur notre périple à Faja Grande (il faut dire que l'île n'est pas bien grande !). Nous empruntons un petit sentier longeant la rivière (photo 15) jusqu'à un observatoire ornithologique (photo 16). Ici l'eau est partout et surtout sous nos pieds ! Les mousses et lichens décorent le sol (photo 17), formant des tapis humides où l'on s'enfonce facilement. Nous regagnons la route profitant ainsi de ce paysage qui ressemble fort à l'Auvergne, mais avec vue sur mer.
L'auto-stop fonctionne assez bien : nous montons dans une voiture dans laquelle ils sont déjà 3, avec une gentille allemande qui s'est installée ici et qui nous offre non seulement des conseils pour notre expédition mais également de délicieux gâteaux au chocolat qu'elle a achetés pour nous. Nous la reverrons le lendemain à bord d'Alcyon pour partager une paëlla. Après un petit repas sur le pouce dans un snack local (délicieux), nous découvrons la magnifique plage de Faja Grande avec en arrière-plan des cascades (photo 18) que nous allons voir (après avoir retrouvé par hasard Camille!). Nous expérimentons même une baignade dans une piscine naturelle aux pieds de la cascade (photo 19). L'eau est un peu fraîche mais c'est tellement agréable de se baigner dans une eau si claire.
Au retour une dernière halte dans un bistrot face à la mer avec de la musique brésilienne, un moment des plus agréables avant de reprendre la route. Après une longue ascension, un pick-up nous prend enfin et nous amène jusqu'à destination tout en faisant quelques arrêts photos touristiques (photo 20). Une belle journée qui se termine par une soupe aux lentilles préparée par Camille.

Dimanche 24

La météo n'est plus au beau fixe mais il faut se ravitailler en produits frais. Camille doit ramener son scooter à Santa Cruz, nous décidons donc de le rejoindre en stop sur place. Le stop étant laborieux aujourd'hui nous marchons 1h30 avant de se faire prendre par un jeune qui va travailler à l'aéroport. En attendant l'ouverture du supermarché, nous prenons le temps de visiter le musée de la chasse à la baleine. Il existe un musée de ce type sur chacune des îles, mais celui-ci est particulièrement intéressant : nous y découvrons les techniques de chasse traditionnelle à la voile, les nombreuses utilisations qui étaient faites des diverses parties du cachalot (photo 21), ainsi que l'importance de ces animaux dans l'imaginaire et la culture locale.
Le trajet nous permet de profiter du paysage et d'admirer la végétation luxuriante. Nous rencontrons également des français croisés la veille par Camille, que nous reverrons le lendemain ! En effet l'île est toute petite et étant le seul voilier de l'île nous sommes vite repérés par les locaux et les touristes qui viennent tour à tour nous rendre visite pour nous saluer, nous porter des légumes ou encore des œufs ! Nous irons même effectuer une livraison de plantes sur l'île de Faïal, à Horta. Le troc est de mise ici : filet (récupéré en mer) contre pare-battage, (les nôtres ayant éclatés sur le ponton !), plantes aromatiques contre livraison, transport contre repas... Bref il fait bon vivre ici !

Lundi 25

La journée démarre sous la pluie mais le soleil réapparaissant nous incite vite à la baignade ! Une journée sous le signe du repos avant de reprendre la mer demain avec du vent et de la houle annoncée.
Pendant la préparation du déjeuner, un voilier arrive à quai, il s’agit de 4 jeunes venant du Brésil après une traversée de 32 jours ! Ils sont partis de Bretagne il y a 19 mois et achèvent leur tour du monde à la voile avec leur association « Eco sailing project », sans aucune utilisation d'énergie fossile grâce à leur motorisation entièrement électrique. Nous improvisons un pique-nique tous ensemble sur la plage (photo 22). Le second round est prévu ce soir sur Alcyon avec tous les français rencontrés sur l’île. En effet de nombreux marins qui passaient là par hasard se sont installés sur cette île à la fois sauvage et accueillante.
L’après-midi l’équipage s’active en cuisine pour concocter le dîner. Au menu : soupe, lasagne de légumes, patates douces au curry et crumble de pomme (photo 23) ! Un véritable festin pour régaler les papilles de nos invités. Le soir, environ 15 personnes se sont retrouvées sur le pont d’Alcyon pour festoyer ensemble dans la joie et la bonne humeur... (photo 24)
En fin de soirée nous sommes invités à visiter le voilier des quatre français (Eco sailing project), et notre éco-guide profite de l'occasion pour les aider à identifier différents cétacés qu'ils ont eu l'occasion de photographier pendant leur tour du monde (photo 25).

Mardi 26 :

Nous larguons les amarres vers 7h30 direction l’île de Faïal avec un vent d’ouest force 4 à 5 et une mer formée, clouant directement Manon dans sa cabine !
On aperçoit plusieurs souffles de cachalot mais impossible de se dérouter pour les approcher. Plus loin nous voyons un rorqual furtivement, la journée se passe sous le signe du vent et de la houle ! Des dauphins communs nous font l’honneur de venir jouer à l’étrave juste avant le début des quarts de nuits.

Mercredi 27 :

Nous arrivons à Horta vers 10h après avoir passé le Monte da Guia, un double cratère formant une impressionnante crique marine.
Un déjeuner au fameux café sport s’impose, plus connu sous le nom de son ancien gérant le Peter’s bar, un repaire connu des marins du monde entier.
Après la visite du musée de gravure sur dents de cachalots commentée par le patron lui-même, nous décidons de nous faire déposer au sommet de l’île pour une descente en vélo depuis la caldeira (photo 26).
Après avoir profité de la vue imprenable sur le cratère (photo 27) nous choisissons de prendre un autre itinéraire pour rejoindre l’ouest de l’île et admirer le dernier volcan sorti de terre, le volcan de Capelinhos. Nous décidons de couper à travers le sentier de GR pour rejoindre la route qui nous mènera à l’ouest. Le sentier est difficile et particulièrement pénible surtout avec des vélos à transporter ! Après cette ascension d’environ une heure, nous profitons enfin des joies de la descente dans un paysage grandiose. Seule une petite chute d’Henry est à déplorer mais heureusement sans gravité ! Nous arrivons enfin à l’extrémité ouest de l’île où le volcan Capelinhos a fait son apparition en 1957. C’est la dernière éruption volcanique de l’île qui a duré 13 mois et fait fuir un tiers de la population. L’endroit est hallucinant et forme un paysage lunaire majestueux, juste devant l’ancien phare (photo 28). Après un rapatriement en taxi tellement l'heure était tardive et la distance importante, nous retrouvons Camille resté à Horta pour un dîner dans un restaurant aux spécialités locales avant de passer une nuit à plat au port (photo 29).

Jeudi 28 :

Le vent d’Est est annoncé pour le lendemain, nous devons donc repartir dès aujourd’hui pour Terceira, afin d’éviter de longues heures de navigation au près à tirer des bords. Nous profitons de la journée pour nous reposer, découvrir la ville, nous réapprovisionner et laisser notre trace sur le quai (photo 30). C’est notre capitaine Camille qui se charge de cette mission délicate qu’il a d’ailleurs déjà effectué avec talent sur le quai de Lajes de Flores.
Nous quittons Horta vers 17h après un déjeuner à bord et faisons route au moteur à l’est direction Terceira en passant par le canal de Sao Jorge. La lumière du soir y est merveilleuse. Nous dégustons un délicieux aïoli préparé par Jean-Pierre avant de commencer les quarts qui se feront seuls. Toute la navigation se fera au moteur malgré le vent, car celui-ci ne nous est pas favorable.

Vendredi 29 :

Nous arrivons au port d’Angra sur Terceira aux alentours de 7h du matin, le vent d’Est est bien là. Cette journée sera consacrée au repos, tri et échanges de photos ainsi qu’à quelques réparations pour certains.

Samedi 30 :

Après l'inévitable (et salutaire!) rangement et ménage d'Alcyon, une partie de l'équipage est parti visiter des fumerolles témoignant du volcanisme actif de l'île (photo 31) ainsi que des tunnels de laves à l'intérieur de l'île.

C'est le cœur rempli d'émotions et la tête pleine de beaux souvenirs que s'achève cette aventure hors du commun. Merci à tout l'équipage pour ces moments de partage, de joie, d'aventure de voile et de découverte dans cette nature grandiose qui a su garder ses droits forçant respect et humilité.

Les fiches espèces et géologie

Voir nos fiches des espèces et géologie remarquables de l'archipel des Açores élaborées par les guides encadrants de Participe Futur.

fiche acores

Petit alphabet des Açores

acores

A comme Anticyclone, B comme botanique, C comme cachalots...
Voir l'alphabet