PARTICIPE FUTUR S'ENGAGE POUR LA CONSERVATION MARINE A TRAVERS LA RECHERCHE, L'EDUCATION ET LA SENSIBILISATION

Lundi 05

La dernière mission de la saison commence, avec à son bord, Benoît, Catherine, Christophe, Jean-Etienne, Mireille, Inès (capitaine) et Marine (guide). Suivis par un navire à passagers norvégien, nous sortons de la rade de Toulon avec la sensation d’être minuscules. Nous faisons cap vers les Iles d’Hyères pour mouiller en face de la plage de la Badine en contournant l’Îlot du Grand Ribaud. Nous nous amarinons sous une mer agitée et nous requinquons avec un succulent repas réunionnais préparé par notre Coq Christophe.

Mardi 06

Une matinée instructive, en attendant que le temps se calme, cela  nous permet d’en savoir plus sur les missions de Participe Futur et les cétacés de Méditerranée. Nous faisons cap toutes voiles dehors vers Porquerolles, Port-Cros puis le Levant pour mouiller à Cap Camarat derrière la Baie de Saint-Tropez. Sur le trajet, nous commençons nos premières observations en espérant repérer de grands cétacés au niveau du Canyon dit de « Léa ». Nous observons de nombreux puffins de Méditerranée, plusieurs bonites en chasse et une méduse Boussole. Le premier cétacé que nous repèrerons ne sera malheureusement qu’en plastique…

Mercredi 07

Au cours de la nuit, un vent fort se lève, faisant chasser l’ancre, et nous obligeant alors à changer de position. A notre réveil, le vent est toujours présent et la mer agitée. Inès et Benoît, assurés  au bateau, sortent les voiles de la soute, pendant que Christophe, à la barre, fait cap vers la Baie de Cannes. Les nombreux moutons en surface et la houle bien dessinée nous rendent la tâche difficile pour repérer les cétacés. Nous observerons néanmoins furtivement une méduse et un poisson lune, et nous repêcherons Polfine, un dauphin gonflable abandonné au milieu de la mer, qui deviendra la mascotte de la mission. Nous achevons notre route entre les Iles de Saint-Honorat et Sainte-Marguerite. Nous profitons d’une baignade rafraîchissante avant d’apprécier un bon repas sous les étoiles.

Jeudi 08

Génial, aujourd’hui la mer est calme. Nous sommes impatients de commencer notre traversée vers l’Ile de Beauté. Jean-Etienne s’adonne au premier comptage des macro-déchets tandis qu’une autre partie de l’équipe commence les observations. En fin de matinée, nous rencontrons enfin nos premiers cétacés, des dauphins bleu et blanc qui restent néanmoins très discrets. Christophe installe une traîne dans l’espoir de pêcher un poisson frais à cuisiner pour le déjeuner. Nous ne rencontrons pas d’autres cétacés l’après-midi et décidons de dormir à la cape afin d’optimiser nos chances de rencontre avec les grands cétacés de Méditerranée le lendemain.

Vendredi 09  

Malgré les quelques cernes sous les yeux, nous ne regrettons pas cette nuit passée à la cape pendant laquelle nous avons pu admirer un magnifique ciel étoilé et du plancton bioluminescent. Nous reprenons la route vers la Corse au lever du soleil et rencontrons sur notre chemin une tortue caouanne, un diable de mer, un cachalot et plusieurs groupes de dauphins bleu et blanc. Après cette longue journée d’observations, nous nous retrouvons autour d’un bon repas composé de la pêche du jour. Nous organisons des quarts pour poursuivre notre traversée vers la Corse de nuit et arriver au niveau de la Baie de Saint-Florent au petit matin. Pendant la nuit, certains auront la chance d’entendre des souffles de grands cétacés tout proches du bateau.

Samedi 10

Au réveil, nous assistons à un beau lever de soleil accompagné d’une chasse de thons tout autour d’Alcyon. Très vite, nous repérons des souffles de rorquals et réalisons qu’ils tournent dans la zone où nous sommes. Certains passent à quelques mètres du voilier. Nous sommes émerveillés par ses lévriers des mers, qui nous distancent très rapidement. Nous discernons désormais les reliefs de la Corse qui se dessinent au loin. Nous apprécions notre comité d’accueil, un groupe de dauphins bleu et blanc venant jouer à l’étrave du bateau, qui suscitera également de l’émotion pour certains membres de l’équipage. Nous accostons dans la belle ville de Saint-Florent en fin d’après-midi.

Dimanche 11

Après quelques heures de quartier libre à Saint-Florent, nous reprenons notre route vers le large. Nous repérons une tortue qui ne fait qu’une apparition furtive ainsi que de nombreux thons tout le long du chemin. En fin d’après-midi, nous profitons d’une mer, devenue miroir, pour nager dans le Grand Bleu. Nous sommes entourés de vélelles et autres créatures planctoniques, l’une d’entre elles ressemblant à un serpent transparent de près de 3 mètres (i.e. chaîne de salpes) ! Nous continuons les observations avec le soleil couchant et mouillons en face de Calvi pour passer la nuit.

Lundi 12

Nous faisons route vers la réserve de Scandola sous un vent propice pour la navigation à la voile. Nous admirons avec émerveillement les reliefs de cette réserve et avons la surprise de rencontrer des Grands Dauphins à notre arrivée dans la Baie de Girolata. Certains viennent nager à l’étrave du navire et nous remarquons la présence de deux jeunes. Au mouillage, un peu plus loin, nous profitons d’un bain pour admirer la richesse de la vie sous-marine de Scandola.

Mardi 13

Après une dernière baignade dans la réserve, nous prenons le large au matin sous une mer calme. Nous nous arrêtons à plusieurs reprises pour ramasser de nombreux déchets dont un ballon, une casquette et de nombreux emballages plastiques. Nous croisons sur notre chemin des méduses œuf au plat et de nombreux thons. En fin d’après-midi, Catherine repère avec surprise...des dauphins de Risso ! Nous les observons tourner dans la zone pendant un moment. Emerveillés par cette rencontre, nous regagnons le port de Cargèse pour y passer la nuit. Nous profitons de cette escale pour ravitailler le bateau, goûter quelques spécialités corses et écouter leurs chants traditionnels dans une église.

Mercredi 14 au jeudi 15

Nous quittons Cargèse après le petit-déjeuner et entamons notre retour vers le continent. La mer initialement calme devient de plus en plus agitée, les animaux ne montrent pas le bout de leur nez, à l’exception de quelques méduses. La pluie commence à tomber en fin d’après-midi, et nous admirons au loin des éclairs sur la mer. Les quarts sont organisés pour la nuit ; les vestes de quarts sont de sortie. Nous arrivons jeudi après-midi à Porquerolles après une traversée de nuit très agitée. Nous profitons de cette escale pour nous dégourdir les jambes, piquer une tête et visiter l’Ile.

Vendredi 16

La météo nous contraint à quitter plus tôt que prévu Porquerolles mais nous permet d’apprécier un retour à la voile vers Saint-Mandrier en longeant la côte.

Arrivés à Saint-Mandrier, nous partageons un dernier repas tous ensembles avant de nous dire au revoir.