PARTICIPE FUTUR S'ENGAGE POUR LA CONSERVATION MARINE A TRAVERS LA RECHERCHE, L'EDUCATION ET LA SENSIBILISATION

Samedi 27 juillet
Arrivée à Port Pin Rolland à 14h et rencontre avec l'équipage pour cette semaine : Sandrine, Sylvie, Gabriel, Thierry et Emmanuel les écovolontaires, Yann le skipper et Jérôme le guide. Après notre installation à bord d'Alcyon, nous guettons le meilleur moment pour partir car le temps est gris et très instable. Nous partons vers 17h en direction de la presqu'île de Giens. Le vent souffle moins fort que prévu mais nous prenons un gros grain. Heureusement, l'équipage est expérimenté et se réjouit de cette introduction un peu sportive. Pendant que Thierry, Yann et Jérôme restent sur le pont avec 5/6 Beaufort sous la pluie, le reste de l'équipage s'installe bien au chaud et au sec dans le carré pour une partie de UNO.
Une fois au mouillage, un bon repas nous récompense de ces premiers efforts. Une journée idéale pour souder l'équipage d'entrée.

Dimanche 28 juillet
Départ 8h30 direction Est afin d'éviter le plus possible le Mistral. Une belle journée de navigation nous attend. Thierry est à la barre et les autres équipiers prêts à border : 7 minutes pour changer le foc ! Yann est fier de son équipage.
Une fois lancés, Jérôme nous explique le protocole d'observation des cétacés que nous allons appliquer cette semaine, avec de nombreux détails pour identifier les différentes espèces de cétacés, mais aussi les oiseaux, etc. Nous avons hâte de commencer les observations. Nous naviguons pendant plusieurs heures le long de la côte pour aller mouiller dans la rade d'Agay. Après une analyse du plan de mouillage, nous décidons de mouiller à la voile. Nous larguons l'ancre... bémol de la journée... dans les posidonies.
Pause baignade rafraîchissante pendant laquelle Manu récupère une bouée rose échappée de la plage. Ouf, un déchet de moins dans la mer. Le couscous mythique du chef skipper et un feu d'artifice concluent cette journée en beauté.

Lundi 29 juillet
Après un lever d'ancre chirurgical du capitaine qui n'arrache aucune posidonie, départ 8h30 cap 90° dans le but de couper le talus continental vers une zone riche en phytoplancton propice aux observations de rorquals. Après 20 milles sur ce cap et plusieurs chasses de thons, nous longeons le talus continental. Pendant le repas, un poisson-lune d'un mètre d'envergure nous salue sur bâbord. Vers 14h, nous nous mettons enfin en observation, mais seulement en Niveau 2 car la houle perturbe notre visibilité. Nous observons une quinzaine de dauphins bleu et blanc. Nous continuons le protocole tout l'après-midi, puis nous arrivons au mouillage entre les Îles de Lérins à 18h. C'est parti pour la pause baignade avec palmes, maque et tuba. Sylvie et Gabriel vont même poser pied à terre pour e balader sur l'île Sainte Marguerite pendant que Thierry nous prépare le repas du soir : bolognaise parfumée avec différentes formes de pâtes. Excellent ! Après avoir bien mangé, nous allons nous coucher car demain, réveil très tôt.

Mardi 30 juillet
Réveil à 6h pour profiter au mieux de la meilleure fenêtre météo de la semaine. Nous démarrons les observations en mode Expert : la houle s'est calmée, la visibilité est excellente et la couverture nuageuse est faible. Ça saute à 10h : les bonites attaquent. Les puffins cendrés ont vu juste. Trois dauphins bleu et blanc, peu joueurs, nous accompagnent. Sandrine, devenue Maître es en mammifères marins avec son expérience de la semaine précédente, détecte notre premier rorqual commun. Nous l'observons longuement à distance alors qu'un groupe de dauphins bleu et blanc passe indifféremment à proximité. Après une pause baignade au large, les observations reprennent : raie mobula, suivie de façon surprenante par une chouette effraie ! Une deuxième raie, puis Yann détecte un « énorme souffle » sur l'horizon. Après une partie de cache-cache ponctuée de sondes de 10 à 13 minutes, ce rorqual se laisse observer. Il est nettement plus gros que le premier.
Lorsqu'il sonde, nous prenons la direction de la baie de St Jean Cap Ferrat. Nous trouvons une zone de sable au milieu des posidonies. Baignade, dîner et dodo.

Mercredi 31 juillet
Réveil à 7h pour un départ à 7h30. Nous quittons Cap Ferrat au moteur sous un beau soleil. Avant même d’entamer la protocole d'observation, une quinzaine de dauphins bleu et blanc croisent notre route à 2 milles au large de Nice. Après 2h d'observation au moteur, le vent se lève, interrompant notre collecte de données. On envoie toutes les voiles : génois, trinquette, grand-voile et artimon. Alcyon nous régule au près toute la journée dans une mer creusée jusqu'à 2 mètres. Nous tirons 4 bords pour arriver entre le Cap Taillat et le Cap Lardier. Nous jetons l'ancre à 21h et seuls les plus motivés feront trempette. Yann nous prépare une fondue de poireaux pendant que nous prenons l'apéro, bien contents de cette belle journée. L'ambiance est très agréable et notre repas se termine dans l'étude des constellations. Dodo... la tête dans les étoiles.

Jeudi 1er août
Départ du Cap Taillat au petit matin, une jolie brise d'est nous accompagne vers les Îles d'Or. Cap au sud-ouest pour les observations. Sont au rendez-vous les dauphins bleu et blanc ainsi qu'une micro-société de globicéphales : un beau mâle, une femelle avec un petit et un immature ou une femelle qui viennent jouer avec les remous d'Alcyon. Nous en profitons pour récolter des enregistrements de leurs cris et sifflements grâce à l'hydrophone, au ravissement de l'équipage. Nous retrouvons au large les collègues de la Swiss Cetacean Society sur leur catamaran Vic qui observent le reste du groupe. Nous convenons de nous retrouver au mouillage au cap Sicié après une belle journée de voile et d'observation, et un magnifique couché de soleil sur une mer enfin d'huile. Apéro à couple avec Vic à l'abri des falaises de Sicié et échange sur les émotions de la journée.

Vendredi 2 août
Le réveil est une peu dur après la soirée avec les Suisses. Nous quittons le mouillage à la voile mais le vent nous fait rapidement défaut. Contraints par les horaires de train, nous mettons le moteur pour arriver à Port Pin Rolland vers 11h. Après un gros nettoyage du bateau et un dernier repas tous ensemble, nous nous séparons, enchantés de cette magnifique semaine de voile, de cétacés et de convivialité.


A-lecoute-des-globicephales
A-lecoute-des-globicephales
Baignade-au-large
Baignade-au-large
Cap-Sicie-au-soleil-descendant
Cap-Sicie-au-soleil-descendant
En-observation
En-observation
Enregistrement-des-donnees-sur-la-tablette
Enregistrement-des-donnees-sur-la-tablette
Globicephale-noir
Globicephale-noir