PARTICIPE FUTUR S'ENGAGE POUR LA CONSERVATION MARINE A TRAVERS LA RECHERCHE, L'EDUCATION ET LA SENSIBILISATION

Samedi 17 Août 2019 :
Rencontre avec l'équipage : Gaëlle la guide, Yann le skipper et les écovolontaires : Lucie, Elsa, Lulu, Christophe et Salomé. Tout le monde est à l'heure et après le topo sécurité, nous partons en direction du Langoustier, mouillage à l'ouest de l'île de Porquerolles. Chacun prend ses marques et le vent d'ouest force 4 Beaufort nous permet de faire de la voile. La journée se termine par une petite baignade au mouillage pour explorer la mythique grotte des pirates, ce qui aura coûté une piqûre de méduse Pélagie à Lucie. Bien heureusement, elle fut sauvée par le remède miracle de Yann, à base de mousse à raser. Une étoile filante passe...



Dimanche 18 Août 2019 :
Gaëlle nous explique le but de notre mission, les différents protocoles scientifiques à mener, les espèces que nous pourrons observer ainsi que le fonctionnement de l'application ObsEnMer. Nous partons dans la matinée au large dans l'idée de passer la nuit à la cape. Malgré des conditions d'observation idéales (vent force 2 Beaufort et mer belle) la matinée commence doucement avec seulement l'observation d'un Exocet (poisson-volant) et d'un Mola mola (poisson-lune). Le vent se lève dans l'après midi et les conditions météorologiques ne sont plus adaptées au transect de ligne en mode expert (observation niveau 3 d'Obsenmer). Après de nombreuses heures de veille attentive (en niveau 2) nous avons la chance de croiser un groupe d'une dizaine de dauphins de Risso. Très peu farouches, ils viennent jouer à l'étrave et nous offrent un superbe spectacle de plus d'une heure. Gaëlle se charge de la photo-identification des individus et tout l'équipage se réjouit de cette rencontre exceptionnelle. Avant que la nuit ne tombe, Yann nous explique le fonctionnement des quarts et une courte nuit commence.

Lundi 19 août 2019 :
L'équipe de quart, Salomé et Lulu, de 4h30-6h30 a le plaisir d'assister au lever de soleil. C'est l'anniversaire d'Elsa ! Une belle journée nous attend avec une mer d'huile. Après 2 heures d'observations calmes, les rencontres se succèdent toute la journée : une quarantaine de dauphins de Risso au total (3 groupes différents, dont un avec des jeunes et un groupe de vieux mâles blancs); quelques dauphins bleu et blanc jouant parmi les groupes, un rorqual commun, une raie mobula mobula (la raie manta de méditerranée), et une tortue caouanne que nous avons réveillée. Nous nous sommes baignés par 2 500 mètres de fond pour ressentir l'appel des abysses... En fin de journée, nous avons passé 40 minutes avec un groupe de globicéphales noirs, dont 2 petits, qui après nous avoir scannés grâce à leur système d'écholocation, sont restés à moins de 10 mètres du bateau. Certains nous observent en faisant du « spyhopping » (espionnage en sortant la tête hors de l'eau), d'autre sortent la caudale,
puis ils se regroupent tous avant de nous quitter. Nous partons ensuite pour le mouillage de Cap Taillat pour y passer la nuit.

Mardi 20 août 2019 :
Après une bonne nuit de sommeil, pour se remettre de nos émotions de la veille, nous partons au petit matin. Les conditions sont idéales pour l'observation de la faune marine et le recensement des macrodéchets. Il y a de la vie autour de nous : chasse de thons, sauts de raies très impressionnants et d'autres poissons indéterminés. Le soleil est brûlant. Une petite pause baignade par 2 000 mètres de fond s'impose en milieu de journée. L'observation reprend de plus belle avec une magnifique tortue caouanne, elle frôle la coque du bateau, on aperçoit même les parasites sur sa carapace. Puis, des dauphins bleu et blanc sautent au loin. Sur le retour vers la rade d'Agay, nous avons la visite impromptue d'un hippocampe plastifié entre quelques sauts de raies mobula et de thons. Un concours de lancer de poubelles dans le conteneur de la rade conclut la journée.

Mercredi 21 août 2019 :
Aujourd'hui, c'est la Saint-Christophe, mais surtout ce sera Cachalot Day ! Tout commence par une grasse matinée et une baignade à la fraîche pour certains. Le temps n'est pas propice à l'observation, la mer moutonne. Nous avançons à la voile à 7 nœuds avec un vent d'Est force 4. Un animal saute au loin il s'agit d'un roqual commun. Difficile de maneouvrer, nous stoppons le bateau, le coquin s'approche, il montre son dos puis disparaît. Il reste près du bateau entre 2 eaux quelques instants nous l'observons en transparence mais ne se décide pas à refaire surface. Nous reprenons notre route et croisons un second roqual mais impossible de l'approcher dans ses conditions. La mer est agitée pendant la pause du midi, nous avons la gîte et le couvert ! L'après-midi débute par une pêche à la bouée licorne, la bête est coriace, il faut deux personnes pour la maîtriser. La mer se calme, les choses sérieuses peuvent commencer. Tout est calme jusqu'à 17h. La moitié de l'équipage est à la sieste, le réveil fut soudain : « Cachalot ! Cachalot ! ». C'est le début de plus de 3h en compagnie d'un groupe d'une dizaine de spécimens dont des jeunes et un petit. Après une courte phase d'observation mutuelle, c'est le spectacle : spy-hopping, sauts, coups de caudale ou spy-hopping inversé. « Ils vont sonder ! Ils vont sonder ! » Mais ils ne sonderont pas, rendant la photo de la caudale compliquée voire impossible. Ce n'est pas faute de leur avoir demandé de nous montrer leurs queues. Quelques dernières vidéos avec le coucher de soleil en arrière-plan, il est plus que temps de leur dire au revoir et de se diriger vers le mouillage de Bagaud, dans la réserve naturelle de Port-Cros, une fois la nuit bien tombée.

Jeudi 22 août 2019 :
Pour cette dernière journée complète, nous sommes escortés par une bonne vingtaine de libellules colorées : rouge, orange, vert. ; elles sont sur les mâts et les haubans. Les animaux marins, eux, se font rares. Nous observons tout de même une belle tortue caouanne et quelques thons. Nous retournons au mouillage du premier soir, le Langoustier. Deux équipiers se baignent avant la tombée de la nuit, pendant que les autres préparent une ratatouille, compotée d'oignons et spaghetti.
Les cartes de planctons (modèlisées à partir des images satellites de la chlorophylle) indiquent la présence potentielle de rorquals dans le canyon de Toulon. Nous décidons de partir très tôt le lendemain pour atteindre la sonde des 2000 m avant le retour au port Pin Roland.

Vencdredi 23 Août :
Dernier réveil pour l'équipage avec l'espoir d'une ultime belle rencontre avant de se quitter. Malgré la motivation de l'équipage et des conditions d'observation idéales, nous ne verrons pas de grands cétacés. Mais nous croisons de nombreux groupes de dauphins bleus et blancs (dont certains viennent nous saluer à l'étrave) des thons, une tortue et de nombreux possons-volants. En effet les nutriments sont abondants dans le canyon de Toulon !
Un dernier repas partagé avant un grand ménage et il est déjà l'heure de se séparer. Cette semaine aura été intense et riche en émotions. Chacun poursuit sa route en étant coinscient de la chance que nous avons eue de faire ses incroyables renccontres et de l'importance de protéger ces mammifères marins et leur habitat.

DSC_4054
DSC_4054
DSC_4410
DSC_4410
IMG_0125
IMG_0125
IMG_0133
IMG_0133
IMG_9106
IMG_9106
IMG_9797
IMG_9797
P1010529
P1010529
P1010611
P1010611